Pour investir plus « vert »

Par Pierre Jury, Le Droit, le 18 janvier 2020

ÉDITORIAL / On a fait large cas, cette semaine, de ce professeur qui a démissionné de ses fonctions à l’université McGill en guise de protestations contre ses investissements dans l’industrie du pétrole. Mais cette question continue de diviser profondément les grandes institutions.

N’empêche qu’il y a de quoi se réjouir. La société BlackRock, le plus important gestionnaire d’actifs au monde, a pour sa part annoncé ces jours derniers qu’elle allait immédiatement rediriger ses 7000 milliards $ en investissements plus verts, plus respectueux des changements climatiques. Cela après avoir été la cible de manifestants pendant des années.

(…)Ce n’est pas seulement de ne pas être investi dans des secteurs plus verts, mais aussi de consacrer son argent dans des entreprises affichant de bons résultats financiers et une bonne performance environnementale, sociale et de gouvernance.

https://www.ledroit.com/opinions/pour-investir-plus-vert-a78ccd4c57739442afa788426bdb55ed

Action : le mot clé en écolo­gie pour 2020

Par Noémie Calderon Tremblay, La Rotonde, le 18 janvier 2020

Allu­mer la radio ; entendre que la planète a entamé sa septième extinc­tion massive. Allu­mer la télé­vi­sion ; voir l’Aus­tra­lie rava­gée par des feux de forêt. Puis, ouvrir ma boîte de cour­riels et voir qu’Écolo­gie Ottawa a pris six réso­lu­tions écolo­giques pour la ville d’Ot­tawa en guise d’en­trée en 2020 ; enfin une bonne nouvelle !

Le cynisme écolo­gique est à nos portes, en tout cas à la mienne et il cogne fort. Après, avoir contacté la moitié de la ville, m’être vue refu­ser une entre­vue par un expert sur l’en­vi­ron­ne­ment, j’ai laissé tomber le projet d’écrire un article infor­ma­tif et neutre sur les prévi­sions envi­ron­ne­men­tales pour la décen­nie.

(…)Comme me l’a rappelé Emma Grenier, l’or­ga­ni­sa­trice de la campagne sur le chan­ge­ment clima­tique, il est impor­tant de ne pas se compa­rer au reste du monde, car notre ville a un climat et une infra­struc­ture qui lui sont uniques.

http://www.larotonde.ca/action-mot-cle-ecologie-2020/

Virage vert pour l’industrie de la construction à Gatineau

Par Philippe Marcoux, Les matins d’ICI, le 15 janvier 2020

La Ville tenait hier soir une assemblée de consultations publiques pour expliquer les changements qu’elle vient d’apporter à ses règlements d’urbanisme afin de favoriser les bâtiments verts. Philippe Marcoux discute de la situation avec le directeur général du CREDDO, Benoit Delage.

En vertu de la nouvelle réglementation, les projets multilogements devront être munis de bornes de chargement électrique alors que 40% des espaces de stationnements devront faire place à de la verdure.

Qu’est-ce qu’on impose c’est de l’ombrage, c’est de la qualité de vie, c’est de la lutte aux changements climatiques, c’est remplacer les forêts qu’on a souvent coupées par des arbres dans les stationnements affirme Benoit Delage.

https://ici.radio-canada.ca/premiere/emissions/Les-matins-d-ici/segments/entrevue/150972/changements-climatiques-constructions-outaouais-matins-d-ici

Rapibus jusqu’à Lorrain: la STO a le feu vert

Par Daniel Leblanc, Le Droit, le 17 janvier 2020

C’est officiel: plus d’un an après en avoir fait la demande, la Société de transport de l’Outaouais a désormais le feu vert du ministère de l’Environnement pour aller de l’avant avec la construction du tracé Labrosse-Lorrain du Rapibus, long de 2,8 kilomètres.

Le tant attendu certificat d’autorisation qui était nécessaire parce que les autobus passeront dans le parc du Lac-Beauchamp a été remis au transporteur public peu de temps avant Noël. Les prochaines étapes du processus ont donc pu être enclenchées. Le site est identifié comme un milieu écologique comprenant plusieurs espèces végétales et animales. On y retrouve une zone de tourbière et des milieux humides, entre autres.

https://www.ledroit.com/actualites/gatineau/rapibus-jusqua-lorrain-la-sto-a-le-feu-vert-b1f8835360916b5d0d456b17fe5b92a3

Un rap pour expliquer les délais d’ouverture de la patinoire du canal Rideau

Par Jean-Simon Millette, Le Droit, le 15 janvier 2020

La Commission de la capitale nationale (CCN) a trouvé une façon originale pour expliquer aux citoyens les raisons derrière les délais de l’ouverture de la patinoire du canal Rideau.

Dans une vidéo publiée sur leurs comptes Twitter et Facebook, le président de la CCN, Tobi Nussbaum sort ses meilleures rimes et explique les raisons derrière les délais sur les airs du classique de Vanilla Ice, Ice, Ice, Baby.

Dans la chanson bilingue, intitulée Glace, glace, pas prête? (Ice, Ice, Maybe?), on peut apercevoir M. Nussbaum, en compagnie de l’équipe de maintenance de la patinoire, rapper à propos des nombreux délais liés aux conditions météorologiques difficiles en lien avec les changements climatiques.

https://www.ledroit.com/actualites/ottawa/un-rap-pour-expliquer-les-delais-douverture-de-la-patinoire-du-canal-rideau-a23a0d73b4648987ee17cbe1460abd37

Changements climatiques: une «transformation monumentale» se prépare à la Ville d’Ottawa

Par Julien Paquette, Le Droit, le 17 décembre 2019

La Ville d’Ottawa se fixe l’objectif de réduire complètement ses émissions de gaz à effet de serre (GES) d’ici 2040, en espérant convaincre citoyens et entreprises de l’imiter pour qu’il n’y ait aucune émission sur l’ensemble de son territoire d’ici 2050.

«C’est sûr que ça donne un peu le vertige, c’est une transformation monumentale de nos façons de faire», souligne le conseiller municipal et président du Comité de protection de l’environnement, de l’eau et de la gestion des déchets de la Ville d’Ottawa, Scott Moffatt.

Le Plan directeur sur les changements climatiques adopté par le Comité mardi prévoit des mesures dans l’ensemble des départements de la municipalité. Des mesures qui vont de la gestion des déchets à l’électrification des resurfaceuses dans les arénas. Ce dernier item est d’ailleurs un exemple de ce qui doit arriver pour que la Ville puisse atteindre ses objectifs, souligne M. Moffatt.

(…)Le directeur général d’Écologie Ottawa, Robb Barnes, a par exemple remercié la Ville d’inclure dans son plan la nécessité de fournir une mise à jour annuelle sur l’évolution des émissions de GES plutôt qu’une fois par mandat du conseil municipal, comme c’était le cas jusqu’à maintenant.

https://www.ledroit.com/actualites/ottawa/changements-climatiques-une-transformation-monumentale-se-prepare-a-la-ville-dottawa-c2ace2edaf55d96b6e3522d5ac8ddde5

Un groupe de l’Université d’Ottawa approuve le plan de planter 2 milliards d’arbres

Par ICI Radio-Canada Ottawa Gatineau, le 17 décembre 2019

Un groupe de réflexion sur l’économie verte de l’Université d’Ottawa, le Smart Prosperity Institute, affirme que la promesse du gouvernement fédéral de planter 2 milliards d’arbres au cours des 10 prochaines années est un moyen bon marché de lutter contre les émissions de gaz à effet de serre (GES).

Au cours de la campagne, le premier ministre Justin Trudeau a promis de dépenser 3 milliards de dollars dans des projets de conservation des terres et de l’eau d’ici 2030. Planter 2 milliards d’arbres supplémentaires fait partie de ces projets.

Certains ont roulé des yeux en entendant cette promesse, alors que des partis ont essayé d’aller plus loin encore, notamment le Parti vert du Canada (PVC), qui s’est engagé à planter 10 milliards d’arbres d’ici 2050.

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1437283/ges-arbres-pollution-cible-gouvernement-trudeau-liberaux