Zéro déchet : plus simple qu’on le croit

Par Néomie Calderon Tremblay, La Rotonde, le 24 janvier 2020

L’as­so­cia­tion des diplômé.e.s de l’Uni­ver­sité d’Ot­tawa (U d’O) a orga­nisé, le 21 janvier dernier, l’ate­lier Zéro déchet 101 animé par Valé­rie Leloup, fonda­trice et PDG de Nu Grocery, la première épice­rie zéro déchet à Ottawa.

Selon le site The Confe­rence Board of Canada, le Canada produit en moyenne 720 kg de déchets par habi­tant.e.

Lors de l’ate­lier qui visait à offrir des outils pour réduire cette statis­tique, l’ani­ma­trice a expliqué que le zéro déchet n’im­pliquait pas de ne plus produire aucun déchet ; celle-ci est consciente que le nom du mouve­ment peut parfois être un frein.  Certain.e.s préfè­re­raient parler de low waste plutôt que de zero waste, juge la fonda­trice. Malgré son acti­visme et la dimi­nu­tion consi­dé­rable de sa produc­tion de déchets, Leloup a précisé qu’elle n’avait pas encore atteint le zéro déchet.

Zéro déchet : plus simple qu’on le croit