Les travaux de sécurisation de la mine Wallingford-Back seraient efficaces | ICI.Radio-Canada.ca

Par Roxanne Léouzon et Simon Deschamps, ICI Radio-Canada Ottawa Gatineau, le 28 juillet 2017

Des travaux réalisés par le ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles (MERN) pour bloquer l’accès à la mine Wallingford-Back sont en cours depuis le début du mois de juillet. Ils repousseraient déjà la majorité des visiteurs indésirables, selon le député de Papineau.

Une barrière métallique a été installée tout comme un amas de grosses pierres. De plus, une tranchée a été creusée à cinq mètres de l’entrée.

Par l’entremise de son conseiller politique, le député de Papineau et président de la Commission des transports et de l’environnement, Alexandre Iracà, a indiqué vendredi que l’entrée principale est complètement bloquée et que le deuxième point d’entrée est sur le point de l’être.

Source : Les travaux de sécurisation de la mine Wallingford-Back seraient efficaces | ICI.Radio-Canada.ca

Les dégâts liés aux inondations coûtent 3,4 M$ à la CCN | ICI.Radio-Canada.ca

Par ICI Radio-Canada Ottawa Gatineau, le 30 juillet 2017

La Commission de la capitale nationale (CCN) devra débourser 3,4 millions de dollars pour faire face à l’ensemble des dommages provoqués par les inondations printanières sur son terrain, tandis que la réouverture des sentiers multiusages n’est prévue que pour le printemps 2018.

Le montant inclut les opérations de nettoyage et de réparation qui seront effectuées cet automne et de ce montant 1,2 million de dollars sont dédiés aux sentiers du centre-ville, les plus touchés par la montée des eaux.

« L’eau était tellement haute qu’il y a eu un grand nombre de débris déposés sur une bonne section du réseau de sentiers, après ça, il y a eu des dommages aux surfaces, à la base granulaire et aux berges », a indiqué le chef architecte paysagiste et design industriel à la CCN, Yoland Charette, en entrevue à Radio-Canada.

Source : Les dégâts liés aux inondations coûtent 3,4 M$ à la CCN | ICI.Radio-Canada.ca

Hausse du nombre de contraventions pour les véhicules garés sur des pistes cyclables à Ottawa | ICI.Radio-Canada.ca

Par ICI Radio-Canada Ottawa Gatineau, le 28 juillet 2017

En date de mercredi, des agents municipaux ont donné 183 billets aux automobilistes garés sur des pistes cyclables, contre 91 durant toute l’année 2016.

Il y a deux raisons principales qui expliquent cette hausse, selon Jerrod Riley, spécialiste de l’examen des règlements à la Ville d’Ottawa.

Premièrement, la Ville met l’accent sur la sécurité des cyclistes, ce qui fait que les agents municipaux font davantage attention aux véhicules garés illégalement sur les voies réservées aux cyclistes.

Deuxièmement, le réseau de pistes cyclables de la ville se développe, avec l’ouverture de nouvelles voies, surtout dans le centre-ville, précise M. Riley. Cette hausse du nombre de pistes cyclables contribue davantage à ce que les automobilistes se stationnent à des endroits interdits.

Source : Hausse du nombre de contraventions pour les véhicules garés sur des pistes cyclables à Ottawa | ICI.Radio-Canada.ca

Trois plages fermées en Outaouais | ICI.Radio-Canada.ca

Par ICI Radio-Canada Ottawa Gatineau, le 25 juillet 2017

Trois plages de la région sont fermées jusqu’à nouvel ordre en raison d’une contamination bactériologique élevée.

Les baigneurs doivent s’abstenir de fréquenter les plages du lac Beauchamp et du parc Moussette à Gatineau, ainsi que celle du Camp des Voyageurs Tim Horton à Quyon.

Le ministère québécois du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques a fait savoir, mardi en fin d’après-midi, que « les eaux de baignade de [ces plages] n’étaient pas conformes aux normes de qualité bactériologique ».

Source : Trois plages fermées en Outaouais | ICI.Radio-Canada.ca

Condoms, dentiers et vibrateurs dans les eaux usées | Daniel Leblanc | Ville de Gatineau

Par Daniel Leblanc, Le Droit, le 26 juillet 2017

Rien de ce qui est jeté ne disparaît comme par enchantement. C’est le message de sensibilisation que lance la Ville de Gatineau à ses citoyens, qui sont encore très nombreux à considérer les éviers et les toilettes comme de véritables poubelles. Les détritus qui s’y retrouvent ont de quoi étonner…. et donner des haut-le-coeur.

Lors d’une visite dans les coulisses des opérations de l’usine de traitement des eaux usées sise sur la rue Notre-Dame, mercredi, les médias ont pu découvrir à quel point les détritus – condoms, lingettes pour bébés, tampons, peinture et graisse alimentaire, pour ne nommer que ceux-là – ont des répercussions notables sur le réseau d’épuration. Ces installations qui datent de 35 ans traitent les eaux des secteurs Aylmer, Gatineau et Hull, où résident au-delà de 90 % de la population.

Source : Condoms, dentiers et vibrateurs dans les eaux usées | Daniel Leblanc | Ville de Gatineau

Rapibus: une question de semaines, assure MacKinnon | Mathieu Bélanger | Ville de Gatineau

Par Mathieu Bélanger, Le Droit, le 26 juillet 2017

Il y a un an, presque jour pour jour, le gouvernement fédéral confirmait sa participation financière aux côtés de Québec et de la Société de transport de l’Outaouais (STO) pour le prolongement du Rapibus jusqu’au boulevard Lorrain. Douze mois plus tard, rien n’a bougé. Le chantier de 38 millions $ n’a toujours pas vu un seul ouvrier et le président du transporteur public, Gilles Carpentier, est aujourd’hui à court d’explications pour justifier cette situation.

« C’est presque embarrassant de devoir répondre la même chose depuis des mois, lance-t-il au Droit. La demande de la STO est dans la machine. On croit avoir répondu à toutes les questions du ministère des Transports du Québec. Nous attendons la confirmation finale. Le fédéral répète que l’argent est là. Québec dit que l’analyse du dossier suit le cheminement normal. C’est toute l’information que j’ai dans ce dossier, malgré les pressions faites sur les personnes concernées. Les choses demeurent floues pour nous. »

Source : Rapibus: une question de semaines, assure MacKinnon | Mathieu Bélanger | Ville de Gatineau

Environnement : une entreprise de pâtes et papiers et son patron mis à l’amende | ICI.Radio-Canada.ca

Par ICI Radio-Canada Ottawa Gatineau, le 25 juillet 2017

Une entreprise de l’Outaouais est condamnée à payer plus de 72 000 $ d’amende après avoir enfreint plusieurs règlements environnementaux.

Le ministère québécois du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques annonce mardi que la compagnie Les Rebuts de pâtes et papiers de l’Outaouais ltée (RPPOL) a commis au total 9 infractions relatives à la Loi sur la qualité de l’environnement, du Règlement relatif à l’application de la loi sur la qualité de l’environnement ainsi qu’au Règlement sur les fabriques de pâtes et papiers.

Cette plus récente condamnation est tombée le 2 mai dernier.

Source : Environnement : une entreprise de pâtes et papiers et son patron mis à l’amende | ICI.Radio-Canada.ca

L’équivalent d’un mois de pluie en une seule journée | ICI.Radio-Canada.ca

Par ICI Radio-Canada Ottawa Gatineau, le 25 juillet 2017

Il est tombé beaucoup, beaucoup de pluie lundi dans la région de la capitale nationale. Très exactement 79 mm, soit l’équivalent de tout un mois de juillet normal.

Si la tendance se maintient, 2017 sera une année record dans la région. Pour l’ensemble du mois de juillet, il est tombé 245,6 mm de pluie, à 5 mm à peine du record historique pour le secteur.

(…) Mais qu’est-ce qui explique autant de pluie? Difficile à dire explique Peter Kimbell d’Environnement Canada.

« On a tendance à toujours vouloir expliquer ça avec les changements climatiques, sauf que l’été dernier était plus chaud avec beaucoup moins de précipitations. Cet été on a des températures plus près des normales avec beaucoup plus de précipitations, donc c’est difficile de trouver des raisons qui sont vraiment bonnes », répond le météorologue.

Source : L’équivalent d’un mois de pluie en une seule journée | ICI.Radio-Canada.ca

Lien rapide de la STO vers l’ouest: rien avant septembre | Mathieu Bélanger | Ville de Gatineau

Par Mathieu Bélanger, Le Droit, le 24 juillet 2017

Les Gatinois ne connaîtront pas les conclusions et les recommandations de la Société de transport de l’Outaouais (STO) concernant le futur lien rapide vers l’ouest avant septembre prochain.

La directrice des communications de la STO, Renée Lafrenière, indique que le choix du tracé et de la technologie pour desservir l’ouest de la ville de Gatineau sont actuellement présentés aux différents partenaires politiques et financiers du transporteur public. « Une fois cette démarche terminée, les recommandations, les conclusions de l’étude et le rapport de la consultation seront rendus publics, dit-elle. On s’attend à pouvoir présenter tout ça publiquement quelque part au mois de septembre. »

Source : Lien rapide de la STO vers l’ouest: rien avant septembre | Mathieu Bélanger | Ville de Gatineau

Des éoliennes dès 2018 | Martin Brunette | Est ontarien

Par Martin Brunette, Le Droit, le 24 juillet 2017

La municipalité de la Nation pourrait accueillir des éoliennes à la fin de 2018. C’est l’échéancier qu’a présenté Lucas Reindler, gestionnaire du projet de parc éolien Champs de L’Est de la compagnie Renewable Energy Systems (RES).

Rappelons qu’en mars 2016, RES a obtenu l’approbation dans le cadre du Programme d’approvisionnement de grands projets d’énergie renouvelable de l’Ontario pour son projet de parc éolien principalement situé dans le village de Saint-Bernardin. L’entreprise prévoit installer neuf éoliennes dans le secteur.

« Au départ, on envisageait jusqu’à 15 éoliennes, mais avec les progrès technologiques nous avons pu minimiser le nombre de tours en augmentant entre autres leur hauteur », a précisé Lucas Reingler. Les tours qui devaient mesurer 120 mètres de hauteur devraient désormais atteindre une hauteur de 130 mètres. Le projet fournira jusqu’à 32 mégawatts de puissance pouvant alimenter 10 000 foyers selon les données fournies par l’entreprise.

Source : Des éoliennes dès 2018 | Martin Brunette | Est ontarien