Une femme a été attaquée près de la station Dominion, à Ottawa

Par ICI Radio-Canada Ottawa Gatineau, le 2 août 2019

Le Service de police d’Ottawa (SPO) est à la recherche d’un homme qui s’en serait pris à une femme marchant seule près de la station Dominion, dans le quartier Westboro, à Ottawa.

L’incident se serait produit vers 9 h, vendredi matin, alors que la victime se dirigeait vers son lieu de travail.

Alors qu’elle marchait sur un sentier de la Commission de la capitale nationale (CCN) près de la station Dominion d’OC Transpo, un homme l’aurait empoignée par derrière avant de la jeter au sol en la bâillonnant avec sa main.

L’agresseur n’aurait fait aucune demande, mais aurait dit à la femme qu’il a fait une erreur et qu’il n’avait pas la bonne personne. Il aurait pris la fuite vers la station Dominion. Malgré le choc, la victime n’a pas eu besoin de soins médicaux.

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1246696/attaque-femme-station-dominion-westboro-ottawa-police

Publicités

Étape 2 du train léger : SNC-Lavalin n’a pas atteint le pointage technique minimal

Par ICI Radio-Canada Ottawa Gatineau, le 2 août 2019

L’entreprise québécoise d’ingénierie SNC-Lavalin n’a pas obtenu le pointage technique minimal de 70 % lorsque la compagnie a soumissionné en vue d’obtenir le contrat de l’étape 2 du train léger sur rail à Ottawa, qu’elle a ensuite remporté.

Des documents obtenus grâce à la loi sur l’accès à l’information par CBC démontrent que l’entreprise — qui a soumissionné sous le nom TNext— a obtenu 67,27 %, loin derrière les deux autres compagnies soumissionnaires. Le consortium Trillium Link, par exemple, a obtenu 85,78 %.

Le contrat de 1,6 milliard de dollars a été octroyé par le conseil municipal sans que les membres aient pris connaissance des différents scores lors du processus.

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1246492/train-leger-ottawa-snc-lavalin-contrat-ville-ottawa

Avis d’ébullition à Gatineau: une panne de courant affecte l’usine de traitement d’eau

Par Émilie Pelletier, Le Droit, le 2 août 2019

Les résidents du secteur de Gatineau devront faire bouillir l’eau jusqu’à nouvel ordre, après qu’une panne de courant ait affecté l’usine de traitement d’eau potable.

« Cet avis touche plus de 33 000 résidences et est en vigueur à compter de maintenant, et ce, jusqu’à sa levée », ont indiqué les autorités municipales dans un communiqué.

Une panne d’électricité, qui a touché plus de 4000 clients d’Hydro-Québec, vendredi, pendant un peu moins d’une heure, a entraîné une baisse de la pression d’eau provenant de l’usine de traitement d’eau potable dans le secteur de Gatineau.

https://www.ledroit.com/actualites/gatineau/avis-debullition-a-gatineau-une-panne-de-courant-affecte-lusine-de-traitement-deau-a984ff0a2f5a506028f3230272b2f991

Poissons morts en Outaouais: l’enquête du ministère se met en branle

Par Julien Paquette, Le Droit, le 2 août 2019

L’enquête du ministère québécois de l’Environnement s’intensifie aux abords de la rivière des Outaouais pour déterminer la cause exacte de la mort de centaines de poissons au cours des dernières semaines.

Une porte-parole du ministère confirme qu’un poste de commandement mobile a été déployé près du traversier entre Masson et Cumberland « afin de poursuivre les vérifications en continu sur le terrain ».

Le Droit a pu constater la présence de nombreux experts du ministère sur les lieux, vendredi matin, au lendemain de propos du ministre de l’Environnement, Benoit Charette, qui a affirmé que les opérations de l’entreprise Brookfield sur la rivière du Lièvre seraient en cause.

https://www.ledroit.com/actualites/poissons-morts-en-outaouais-lenquete-du-ministere-se-met-en-branle-ab04b4c6bd973c866813cf3099694a2f

Poissons morts en Outaouais: le barrage de Brookfield peut-être en cause

Par Émilie Pelletier, Le Droit, le 1er août 2019

La centrale hydro-électrique de Brookfield à Gatineau pourrait être en cause dans la mort de milliers de poissons dans la rivière des Outaouais, a indiqué le ministre québécois de l’Environnement, Benoit Charette.

«On ne parle plus d’un déversement chimique ou d’un contaminant de nature chimique, mais bien au niveau des opérations de la centrale hydro de Brookfield, a indiqué le ministre Charette en entrevue avec Le Droit. C’est la piste qui est présentement sous enquête.»

Sans dévoiler de détails «pour ne pas nuire aux éléments d’enquête», le ministre a précisé que «les derniers éléments nous permettent de concentrer nos efforts à cet endroit», au barrage de la rivière du Lièvre, dans le secteur Buckingham.

https://www.ledroit.com/actualites/poissons-morts-en-outaouais-le-barrage-de-brookfield-peut-etre-en-cause-94a449e389203157f86533932eee0e5d

Le dilemme de la conservation

Par Claude Villeneuve, Le Droit, le 1er août 2019

CHRONIQUE / Les plantes et les animaux vulnérables sont tributaires de certains habitats critiques. La biologie de la conservation postule que si l’on peut protéger l’habitat des dégradations occasionnées par une activité humaine, on devrait pouvoir maximiser les chances de maintenir des espèces et des populations en santé en protégeant leur habitat par des lois sévères qui limitent ces activités. L’habitat essentiel se définit quelques fois par des structures physiques, comme des îles pour la nidification des oiseaux marins, mais le plus souvent, c’est une combinaison de facteurs biologiques et physicochimiques qui définissent l’habitat et qui permettent aux espèces d’assurer leurs besoins essentiels, qui se résument à l’abri, l’alimentation et la reproduction.

L’été est à nouveau meurtrier pour les baleines noires de l’Atlantique. Cette espèce en voie de disparition, qui compte à peine 400 individus, vient d’obtenir une protection légale dans son habitat historique de la baie de Fundy. Malheureusement, elle n’y est plus. Depuis quelques années, elle se trouve de plus en plus souvent dans le golfe du Saint-Laurent, où s’est déplacée sa principale source d’alimentation. L’interférence de ces cétacés avec les activités de pêche et de transport maritime se traduit par une hécatombe. Ce sont des mammifères lents qui se nourrissent en surface. Résultat: elles sont heurtées par les grands navires lorsqu’elles croisent leur route ou s’empêtrent dans les câbles ou les filets des pêcheurs. En 2018, le gouvernement du Canada a tenté d’imposer des mesures de protection avec plus ou moins de succès. Bref, on a, après de décennies de travail et d’études scientifiques, établi une aire protégée là où il n’y a plus rien à protéger, et tout est à recommencer… Cela laisse songeur quant au dilemme de la protection des espèces menacées dans des espaces limités, dans un contexte de changements climatiques. C’est valable dans les océans comme sur les continents.

https://www.ledroit.com/chroniques/claude-villeneuve/le-dilemme-de-la-conservation-0737dc7a3e60a68e60babb792bba6352

Un rassemblement pour améliorer la sécurité des cyclistes à Ottawa

Par ICI Radio-Canada Ottawa Gatineau, le 31 juillet 2019

Une soixantaine de résidents d’Ottawa se sont rassemblés devant l’hôtel de ville mercredi matin pour faire pression auprès des élus municipaux, afin que la sécurité des cyclistes sur la route soit améliorée.

Un peu plus d’une semaine après la mort de Simon Khouri, un adolescent de 13 ans happé par un véhicule alors qu’il circulait à vélo dans le quartier Orléans, des membres de l’organisme Bike Ottawa et des cyclistes lui ont rendu hommage. Ils ont respecté notamment une minute de silence.

(…)Le directeur général d’Écologie Ottawa, Robb Barnes, qui était présent au rassemblement, estime que la Municipalité ne priorise pas la sécurité des cyclistes même avec les pistes cyclables séparées. Il ajoute que nous sommes en train de construire des rues qui sont dangereuses et nous ne prenons pas la sécurité des cyclistes très au sérieux.

Simon Khouri est le deuxième cycliste à perdre la vie sur les routes ottaviennes en 2019.

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1242895/rassemblement-securite-velo-bicyclette-cyclistes-morts-ottawa